Katumbi Chapwe, ex-allié de Kabila accusé de recruter des mercenaires

Share

Kinshasa, Mai 2016 — Le climat reste tendu entre l’Opposition politique et la majorité présidentielle en RDCongo. L’interpellation de Moise Katumbi Chapwe, allié aux opposants de Joseph Kabila et jadis membre influent de la mouvance politique, a jeté de l’huile au feu.   Les choses sont allées trop vite, après l’interdiction de Moise Katumbi de faire un meeting à        Lubumbashi, à l’occasion de la commémoration le 24 avril de l’avénement de la démocratie, l’ex-gouverneur de la province du Katanga et candidat à l’élection présidentielle fait aujourd’hui l’objet d’une enquête pour « recrutement de mercenaires » étrangers.

Le ministre congolais de Justice, Alexis Thambwe Mwamba a indiqué qu’après la démission de Moise Katumbi de ses fonctions, les services de l’Etat ont observé dans son entourage immédiat la présence des gardes du corps d’origine étrangère. « Plus de 400 étrangers, anciens marines américains et commando sud-africains seraient en situation irrégulière au Katanga depuis novembre 2015 au lendemain de la démission de Moise Katumbi en se faisant passer pour des agriculteurs dans la ferme de l’ancien gouverneur », a déclaré le ministre de la Justice. Ce dernier a donné injonction au Procureur général de la République, d’ouvrir un dossier judiciaire dans l’ex-province du Katanga mercredi 4 mai dernier.   Débutée ce lundi 9 mai dernier au Parquet de Lubumbashi, la troisième audition du candidat à la présidentielle aura lieu le vendredi 13 mai 2016. Me Jacques Shesha, membre du collectif des avocats de Moise Katumbi a affirmé que la présence policière a empêché l’accès facile à certains avocats et magistrats au niveau du palais de la justice, ce mercredi 11 mai lors de la deuxième audience.

–Reported by Christiane Munoki (Editrice Le Journal des Nations)